14 Feb

M.T Maugis – Les Lettres Française

février 14, 2014

« Si l’on voulait classer la peinture du Cubain Padilla dans une catégorie cataloguée, il se rangerait parmi les expressionnistes. Mais le terme  est suffisamment imprécis  pour ne rien définir du tout. IL ne décrit que le souci  de ce peintre de donner à ses toiles un contenu réaliste  violemment exprimé. Des formes vives surgissent d’une pâte largement étalée. Lorsqu’il peint un personnage ou une fleur, c’est avec la même fougue, c’est avec le même enthousiasme qu’il malaxe la couleur, l’entaille, pour faire naître des lueurs plus ardentes. Padilla ne se laisse pas entraîner, comme c’est trop souvent le cas par ce plaisir incontrôlé de jeter des couleurs sur la toile. Ces couleurs il les choisit avec une invention étonnante, sachant trouver, imaginer plutôt  le ton qui exacerbe la forme, qui lui donne relief et vie. Cet Art spontané reste toujours profondément humain. On y sent, de plus, la présence d’un dessin sûr et habile qui modère les élans de ce coloriste passionné.»